Nouvelle purge anti-corruption au sein du Parti communiste chinois – .

Nouvelle purge anti-corruption au sein du Parti communiste chinois – .
Nouvelle purge anti-corruption au sein du Parti communiste chinois – .
--
Le dirigeant chinois Xi Jinping lors de la clôture de la “Conférence consultative politique du peuple chinois” à Pékin le 10 mars 2021. MARK SCHIEFELBEIN / AP

Moins d’un mois de XXmoi congrès du Parti communiste chinois (PCC), la lutte contre la corruption menée par Xi Jinping s’intensifie. Jeudi 22 septembre, le tribunal de Changchun (province du Jilin) ​​a condamné à mort, mais avec deux ans de sursis, Fu Zhenghua, qui a été ministre de la Justice de 2018 à 2020, vice-ministre de la Sécurité publique (de 2013 à 2018) et chef de la police de Pékin de 2010 à 2013. En principe, après deux ans, sa peine devrait être commuée en réclusion à perpétuité.

Fu Zhenghua est accusé d’avoir reçu des pots-de-vin d’une valeur de dix-sept millions d’euros. Une enquête a été ouverte contre lui en octobre 2021. Il a été expulsé du PCC en avril et son procès s’est tenu fin juillet. Fu Zhenghua a longtemps été considéré comme un élément central de la lutte anti-corruption lancée par Xi Jinping lors de son arrivée au pouvoir en 2012. Il a notamment joué un rôle clé dans la chute en 2014 de Zhou Yongkang, l’ancien ministre des Affaires étrangères. (2002-2007) et surtout membre de 2007 à 2012 de la Commission Permanente du Bureau Politique, ces sept hommes au cœur du pouvoir. Accusé d’avoir perçu plus de dix milliards d’euros de pots-de-vin, Zhou Yongkang a été condamné en 2015 à la réclusion à perpétuité. Il était également considéré comme proche de Bo Xilai, le rival de Xi Jinping avant 2012.

Multiplication des sinistres

La condamnation de Fu Zhenghua intervient 24 heures après celle de trois autres hauts responsables de la police, qui ont été condamnés à la fois pour corruption et appartenance à un gang. “clique politique”bref, pour s’être opposé à Xi Jinping.

Accusé d’avoir accepté plus de dix millions d’euros de pots-de-vin, Gong Daoan, adjoint au maire de Shanghai (2018-2020) et chef de sa police (2017-2020), a été condamné à la réclusion à perpétuité. L’ancien chef de la police de Chongqing (2017-2020), Deng Huiling, accusé d’avoir détourné six millions d’euros, a été condamné à quinze ans de prison. Enfin, Liu Xinyun, ancien chef de la police du Shanxi (de 2018 à 2021), accusé d’avoir perçu 1,8 million d’euros, a été condamné à quatorze ans de prison.

--
A lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Chine, une vague anti-corruption dans le secteur stratégique des puces électroniques

Ces trois policiers sont également accusés d’être des proches de Sun Lijun, ancien vice-ministre de la sécurité publique (de mars 2018 à mars 2020) accusé d’avoir perçu près de cent millions d’euros de pots-de-vin -vin et autres avantages indus-, mais aussi, selon la commission centrale de contrôle disciplinaire du Parti,“a de grandes ambitions politiques”avoir “Il a mené une vie décadente” et ne pas avoir “Je n’ai jamais eu de convictions ni d’idéaux”. Son procès s’est tenu début juillet, mais la condamnation n’a pas encore été rendue publique.

Il vous reste 36,2% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Étiquettes : Nouveau purge anti-corruption Communiste Parti Chinois

Nouvelle purge anticorruption sein Parti communiste chinois

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

NEXT Au moins 23 morts en Floride – .