Immanquable peine de prison avec sursis contre des policiers violents à Lyon – .

--

Ce jeudi après-midi, Arthur Naciri a enfin vu ses agresseurs présumés jugés. Après quatre non-lieu du dossier, le tribunal de Lyon a entendu les différents protagonistes de cette manifestation de décembre 2019 qui a mal tourné.

Pour rappel, Arthur Naciri, qui n’était pas impliqué dans le mouvement contre la réforme des retraites, a été interpellé par la police place Bellecour. Le jeune homme était réapparu le visage ensanglanté, les coups au visage des policiers, notamment avec une matraque, lui avaient fait perdre neuf dents.

Poursuivis pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique », les deux responsables de la BAC identifiés par Arthur Naciri ont nié les faits. Comme ils l’avaient fait devant les enquêteurs de l’IGPN.

L’un des policiers a expliqué avoir attrapé le jeune homme “parce qu’il faisait le clown”. Ce qui s’est passé ensuite, dit-il, il ne le sait pas. “Pendant trois ans, j’ai dû justifier la bêtise d’un autre”témoigné devant les juges.

C’est son collègue qui est soupçonné d’avoir battu la victime. “S’il y a eu des violences, elles étaient nécessaires, légitimes et contrôlées” devant un Arthur Naciri “qui s’est battu, qui a combattu” répondit-il en déclinant toute responsabilité.

Son avocat Laurent-Franck Liénard, devant des journalistes, a expliqué qu’aucune preuve ne pouvait condamner ses clients : “Arthur Naciri a mangé le sol, on ne peut rien déterminer d’autre”.

--

Quelques dizaines de policiers avaient fait le déplacement pour soutenir leurs collègues à l’audience.

Malgré cet aplomb, la version des prévenus n’a visiblement pas convaincu le parquet, qui a requis à leur encontre une peine de 10 mois de prison avec sursis. L’avocat de la défense a demandé sa libération.

« La police dit que j’étais violent, que ça se passait et que la manifestation se terminait. Dire que je me suis battu est un mensonge”dit Arthur Naciri pour sa part. La victime a expliqué qu’elle avait toujours une cloison nasale déviée, elle n’avait plus les moyens financiers de se soigner après avoir déboursé des milliers d’euros de frais dentaires.

La sentence, mise en délibéré, sera connue le 24 novembre.

Tags : Essentiel peine prison sursis contre agents police violent Lyon

Immanquable peine prison avec sursis contre des policiers violents Lyon

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

NEXT Joyeux Poutine, répond Zelensky – .