Le réalisateur autrichien Schwarz hué à Bayreuth – .

Le réalisateur autrichien Schwarz hué à Bayreuth – .
Le réalisateur autrichien Schwarz hué à Bayreuth – .
--
Valentin Schwarz (deuxième à droite) et son équipe affrontent Buhorkan © APA/MARTIN FICHTER-WOESS

Au final, le vent rugueux attendu d’une tempête de huées a soufflé sur le visage du jeune réalisateur autrichien Valentin Schwarz et de son équipe après la fin du nouveau “Ring des Nibelungen” au Bayreuth Festspielhaus vendredi soir. Le créateur de théâtre de 33 ans a complété sa réinterprétation de la tétralogie wagnérienne par le parfois retentissant « Götterdämmerung », et la réinterprétation doit être entendue ici au sens littéral.

Schwarz décompose les événements mythiques entourant le pouvoir des dieux et des humains, la lutte pour l’ordre mondial, en une saga familiale profondément humaine à la manière des grandes séries télévisées. Les nains, les dragons, les ours, les capes d’invisibilité ou les puissants anneaux du monde n’ont pas leur place avec le noir. Le public du Festival de Bayreuth a hué pendant plusieurs minutes, ce qui n’a pu être contré par des tentatives isolées de braves.

Ainsi s’achève le nouveau “Ring” de Bayreuth, qui dans sa radicalité, dépassant les limites du livret et s’appuyant plutôt sur le grand arc d’une chronique, est peut-être le premier véritable “Ring” du XXIe siècle. Auparavant, Frank Castorf avait livré un ouvrage tardif sur la chute du communisme et le déclin du capitalisme des années trop tard dans sa biographie, et son prédécesseur Tankred Dorst a surtout éclairé l’aspect mystique.

--

Le regard sur les histoires supragénérationnelles, en revanche, est le style narratif de l’époque, notamment grâce au geste large des fournisseurs de streaming, et Schwarz le porte. Le grand mérite est l’éclairage des caractères autrement sous-exposés dans la tétralogie et la plus petite distance aux figures. Le malus est une certaine lecture unidimensionnelle qui ignore complètement de nombreux aspects philosophiques et couches mythologiques de l’œuvre.

Der Ring des Nibelungen : Götterdämmerung de Richard Wagner au Festival de Bayreuth. Direction musicale – Cornelius Meister, direction – Valentin Schwarz, scène – Andrea Cozzi, costumes – Andy Visit. Avec Siegfried – Clay Hilley, Gunther – Michael Kupfer-Radecky, Alberich – Olafur Sigurdarson, Hagen – Albert Dohmen, Brünnhilde – Iréne Theorin, Gutrune – Elisabeth Teige, Waltraute – Christa Mayer, 1 Norn – Okka von der Damerau, 2. ª Norn – Stéphanie Müther, 3e Norn – Kelly God, Woglinde – Lea-ann Dunbar, Wellgunde – Stephanie Houtzeel, Floßhilde – Katie Stevenson. Plus de fonctions les 15 et 30 août. bayreuther-festspiele.de

réalisateur autrichien Schwarz hué Bayreuth

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV 16 millions pour les tarifs viennois avec garantie de prix – .
NEXT Recherche dans le quartier de Starnberg pour le suicide d’un médecin – .